Quel VISA pour l’Afrique du Sud ?

Vous devez souvent réaliser une demande de visa pour voyager à l’étranger. Dès que vous souhaitez sortir de l’Union Européenne, définie comme une seule zone de libre circulation des personnes par les accords de Schengen, vous devez présenter un passeport valable et faire une demande de visa.

Le visa pour un voyage de safari est comparable à un accord de principe des autorités du pays visité. Par cet acte administratif, on vous autorise, pour un laps de temps donné, à entrer et circuler dans le pays. Vous devez alors souvent réaliser une demande de visa plusieurs semaines à l’avance pour ne pas être pris de court.

L’obtention d’un visa pour faire un safari en Afrique du Sud dépend de la nature de votre voyage et de sa durée. Si votre safari vous conduit à traverser plusieurs pays d’Afrique, prenez le temps d’étudier les règles de chaque pays, en matière de visa mais aussi de vaccinations. Il serait dommage d’être stoppé à une frontière.

Besoin ou non d’un visa pour votre safari ?

Besoin ou non d’un visa pour votre safari ?

Grâce à un programme d’exemption spécifique, l’Afrique du Sud permet aux voyageurs de 80 pays de se rendre sur son territoire sans passer par la case visa. La France est l’un des partenaires du pays, avec qui elle a signé des accords commerciaux, de développement et de libre-échange, dans les années 1990.

Si vous souhaitez passer moins de 90 jours en Afrique du Sud pour un safari, vous n’avez donc pas besoin de faire de demande de visa auprès des autorités. Vous devez tout de même posséder un passeport en cours de validité, et valable encore 30 jours après votre date de retour. Autre mention importante, votre passeport doit comporter obligatoirement deux pages vierges.

Lors de votre arrivée en Afrique du Sud, à l’aéroport, la douane vous délivre une autorisation de séjour à conserver dans vos papiers administratifs (c’est donc un visa gratuit de tourisme, que vous n’avez pas besoin de demander au préalable). Cette autorisation mentionne votre date d’arrivée, votre date de retour et le motif du séjour. Si vous voyagez avec une agence ou un tour-opérateur, il est possible que tous ces documents soient récupérés et conservés par les organisateurs.

Sans visa spécifique, votre voyage en Afrique du Sud durera donc 90 jours maximum, et ne pourra pas être prolongé. Si vous souhaitez poursuivre votre périple, vous devrez rentrer en France pour effectuer une demande de visa. Aucune demande sur place n’est envisageable.

Au-delà de 90 jours, soit pour un voyage de plus de 3 mois en Afrique du Sud, vous devez contacter l’ambassade et faire une demande de visa classique.

Les autres papiers pour voyager en Afrique du Sud

Les autres papiers pour voyager en Afrique du Sud

Comme n’importe quel voyage à l’étranger, votre safari en Afrique du Sud requiert la présentation de plusieurs documents officiels. Au moins deux mois avant votre départ, assurez-vous que vous les possédez et qu’ils sont encore valables. Chaque année, des centaines de voyageurs se rendent à l’aéroport avec des documents d’identités périmés et ne peuvent pas profiter des vacances réservées…

Le passeport 

Votre passeport est le sésame d’entrée en Afrique du Sud. Il doit comporter deux pages vierges pour entrer dans le pays, ce qui est aussi le cas si vous souhaitez vous rendre au Lesotho (pour 14 jours maximum) ou dans le royaume d’eSwatini. Pour pénétrer dans ce dernier, autrefois appelé Swaziland, votre passeport doit être valable encore 6 mois après la date à laquelle vous comptez quitter le royaume.

Le permis de conduire

Si vous souhaitez louer une voiture pendant votre safari en Afrique du Sud, vous devrez présenter votre permis de conduire français. Certaines agences peuvent aussi exiger la présentation d’un permis international, mais cela n’est pas le cas dans toutes les villes.

La carte ISIC

Les étudiants qui voyagent en Afrique du Sud peuvent faire la demande d’une carte ISIC. Muni de votre certificat de scolarité, vous pouvez la demander en ligne sur le site isic.fr et payer 13 € pour la recevoir en version numérique. Elle vous donne droit à des réductions à l’entrée des parcs nationaux d’Afrique du Sud, dans les musées, les agences de location de voiture ou les auberges de jeunesse.

Les duplicatas de vos papiers importants !

Pour tout voyage de safari, nous vous conseillons d’emporter avec vous les doubles de vos papiers administratifs : photocopie du passeport, de votre carte d’identité, de votre police d’assurance, de vos moyens de paiement, de vos ordonnances médicales, de vos certificats de vaccination, de vos réservations d’hôtels et même de vos billets d’avion.

Vous pouvez laisser cette pochette dans votre valise, à l’hôtel ou dans un sac qui ne vous quittera pas. Il est aussi malin de vous envoyer tous ces duplicatas par mail. En cas de perte ou de vol, vous pourrez y avoir accès depuis n’importe quel ordinateur : une donnée qui peut réellement sauver votre voyage.

Voyage de safari avec des enfants : quels documents ?

Voyage de safari avec des enfants : quels documents ?

Si vous prévoyez de réaliser un safari en Afrique du Sud avec vos enfants, sachez qu’ils font l’objet de procédures administratives particulières. Pour lutter contre le trafic d’enfants, le gouvernement a durci les règles et demande que chaque enfant possède son propre passeport et son certificat de naissance (acte de naissance intégral ou présentation du livret de famille).

Si l’enfant voyage avec un seul de ses deux parents, ou avec ses grands-parents, il devra présenter une autorisation écrite de séjour du ou des parents, avec sa traduction par un traducteur assermenté.

Si les parents sont séparés, ils doivent présenter les documents qui établissent la séparation et précisent quel parent à la garde principale de l’enfant (avec traduction).

Si le second parent refuse, une décision de justice est la seule option envisageable mais nécessite donc de passer par un avocat, et de traduire les documents finaux.

Toutes ces démarches peuvent prendre du temps et méritent d’être réalisées plusieurs semaines avant votre voyage. La simple traduction d’un document, en fonction de la charge de travail du traducteur, peut prendre une semaine ou plus.