8 min
10/10/2023

Safari et écologie, est-ce vraiment compatible ?

Vous êtes nombreux à rechercher des séjours de vacances écoresponsables. Le safari fait partie de ces voyages incroyables que l’on peut réaliser à deux, entre amis ou en famille, entièrement tournés vers la beauté de la nature. Ce sont aussi des séjours qui vous permettent de vous plonger dans une autre culture.

Jusqu’à la fin des années 90’, la formule « séjour de safari en Afrique » évoquait plutôt les vacances dédiées à la chasse des mammifères du continent… Les touristes payaient pour chasser le lion, l’éléphant et les autres grands animaux du Big Five. Des projets de vacances qui choquent aujourd’hui le monde entier.

Aujourd’hui, peut-on être un fervent écologiste et partir en safari ? On ne met plus à l’honneur les trophées de chasse mais plutôt la nature à défendre coûte que coûte. Si les séjours de safari sont le principal levier financier des parcs nationaux et des réserves animales publiques, il existe bien quelques zones d’ombre. 

Les parcs nationaux d’Afrique, paradis des animaux

Les parcs nationaux d’Afrique, paradis des animaux

Partir en safari est un voyage unique et cela peut aussi devenir un geste militant ! Vous avez bien lu ! Les parcs nationaux et tous les hébergements publics qu’ils abritent constituent les principales rentrées d’argent de ces structures. Argent qui est directement réinvesti dans la préservation de l’environnement.

Contrairement aux idées reçues, les parcs nationaux du Kenya, de Tanzanie ou d’Afrique du Sud, ne sont pas des sortes de zoo géants. Ce sont bien des zones naturelles protégées qui ont été délimitées au mieux en fonction de la géographie du pays et des déplacements des animaux qu’elles abritent.

Certains parcs nationaux ont des limites physiques installées par l’homme tandis que d’autres se contentent de limites naturelles. Dans les deux cas, ces parcs font tout pour préserver la vie animale et empêcher le braconnage. Les animaux y vivent donc paisiblement, en sécurité, comme le voudrait la logique.

La flore est aussi sacrée dans ces espaces naturels, avec une biodiversité préservée des activités humaines. Cascades, rivières, végétation luxuriante dans les zones humides ou plus adaptée au relief dans les zones escarpées. C’est aussi cette flore qui permet aux animaux de subsister.

Projets de sauvegarde des espèces

Projets de sauvegarde des espèces

Dans certains parcs nationaux d’Afrique, vous pouvez observer des espèces endémiques qui n’existent plus nulle part ailleurs sur le globe. C’est le cas de centaines de poissons du lac Malawi, des girafes de Rothschild, des lions de Tsavo, des manchots du Cap ou des colobes roux de Zanzibar. Sans les parcs et réserves qui les protègent, ces animaux n’existeraient plus depuis plusieurs décennies. 

Le travail de protection des parcs nationaux est colossal et chaque visiteur participe un peu à cette sauvegarde. Le prix d’entrée des parcs, qui est plus élevé pour les touristes étrangers que pour les locaux, permet à des espèces menacées d’extinction de se reproduire, doucement mais sûrement. On peut alors citer les rhinocéros noirs, les éléphants d’Afrique, des lions ou les chimpanzés qui vivent dans les parcs de l’ouest de la Tanzanie.

Sans le tourisme, les États n’auraient pas assez d’argent pour financer l’emploi du personnel de ces parcs. Ils ne pourraient pas y empêcher le braconnage ni mener des travaux de prévention et d’information auprès des populations locales.

Les visiteurs dérangent-ils les animaux ?

Les visiteurs dérangent-ils les animaux ?

La question du bien-être animal en safari est aussi au cœur des préoccupations des autorités. Si vous souhaitez vivre des vacances éco-engagées, en accord avec vos principes, optez pour les réserves que vous pouvez parcourir à pied ou à vélo. Elles sont nombreuses en Zambie, au Zimbabwe et existent aussi dans les pays d’Afrique plus touristiques.

Certains parcs nationaux choisissent d’imposer les véhicules à moteur sur leurs routes, pour une question de sécurité des visiteurs. Si un lion s’approchait trop près des hommes, ils seraient en sécurité dans l’habitacle du véhicule. Sans cela, le ranger serait sommé de tirer sur l’animal curieux.

Plusieurs parcs comme celui du Masai Mara commencent à s’équiper de véhicules électriques, afin de réduire la pollution des gaz d’échappement. Les agences de voyage africaines sont aussi de plus en plus nombreuses à faire ce choix.

Enfin, les lodges et campements situés à l’intérieur des parcs sont, dans la plupart des cas, sommés de respecter des règles strictes concernant le bruit ou la lumière après la tombée de la nuit. Dans les réserves privées en revanche, il arrive que des safaris nocturnes avec des projecteurs soient organisés, ou que les plaines de savane soient éclairées toute la nuit…

Quid des populations locales ?

Pour établir les parcs nationaux, certains gouvernements ont chassé des tribus de leurs terres. L’ONU estime d’ailleurs que 50 % des zones mondiales protégées ont été établies sur des terres déjà occupées par des autochtones… De nombreuses tribus ont été chassées et déplacées à la création de ces espaces protégés.

Des médiations sont encore en cours dans de nombreuses régions d’Afrique, autour du cratère du Ngorongoro, sur les rives du lac Bogoria… En 2022, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples a obligé le gouvernement tanzanien à verser des indemnités au peuple Ogiek et à lui rendre ses terres.

La violation des droits des populations, sous le couvert de conservation de la nature, est aujourd’hui défendue par de nombreuses organisations et associations. Pourtant, il arrivait fréquemment que ces tribus abattent un animal sauvage, pour se nourrir ou se protéger. Difficile de trouver une position parfaitement écologique et éthique dans ces situations.

Le choix d’un hébergement pour un safari écolo

Le choix d’un hébergement pour un safari écolo

La majorité des campements ou des lodges situés au sein des parcs nationaux ou des réserves font tout pour réduire leur impact sur l’environnement, et donc sur la vie des animaux. Dans les campements, vous vivez très souvent sans électricité, avec des espaces sanitaires sans eau.

Les lodges haut de gamme se targuent souvent – et à juste titre – d’être éco-conçus, bâtis à même la roche par exemple, construits avec des matériaux naturels et locaux. Ils sont alimentés par des panneaux solaires, proposent une cuisine locale et font un vrai travail de sensibilisation au respect de l’environnement.

Tous les bénéfices générés par les hébergements situés à l’intérieur des parcs nationaux sont directement réinvestis dans le parc. Que vous déboursiez 50 $ pour une nuit sous la tente ou 800 $ pour dormir dans un lodge de luxe, votre argent permet d’agir pour sauvegarder l’incroyable nature qui vous entoure.

Le vrai bémol des safaris : les trajets en avion

Personne ne pourra vous dire le contraire, un aller-retour en avion vers une destination de safari en Afrique a un fort impact écologique. A titre d’exemple, le bilan carbone d’aller-retour Paris/Nairobi revient à 2,1 tonnes de CO2 par personne. C’est plus que l’objectif de 2 tonnes par personne et par an, fixé par les accords de Paris pour atteindre la neutralité carbone en 2050 et limiter le réchauffement climatique.

Une fois sur place, vous pouvez faire le choix de trajets plus responsables, en utilisant les transports en commun. Le train et le bus sont les moyens de transport utilisés quotidiennement par les Africains, exactement comme nous le faisons en Europe. Ils sont peu coûteux et relient toutes les grandes villes ; à vous de consulter les horaires dans les agences et les gares.

Les projets sociaux : une autre approche du safari

Il existe de nombreuses réserves privées en Afrique et des hébergements qui participent activement au financement de projets sociaux. Ils sont créés et soutenus par des associations et des organisations.

Chaque entrée ou nuit passée dans ces établissements permet d’employer du personnel local : des rangers qui montent la garde pour protéger les animaux, d’autres qui protègent les campements de la réserve, des cuisiniers, des maraîchers, du personnel pour entretenir les lieux…

Les bénéfices de ces projets de grande envergure sont aussi réinjectés dans l’économie locale. En fonction des lieux et des associations, votre argent permet de financer des projets scolaires, l’amélioration d’infrastructures hospitalières, l’achat de matériel médical… 

Bénévolat et safari éco-engagé

image

Vous souhaitez aller plus loin en associant vraiment écologie et safari ? Certaines agences de voyage sont spécialisées dans les projets d’éco volontariat ou dans les safaris humanitaires. Elles vous proposent de partir dans un pays d’Afrique et d’agir auprès des autorités du parc.

Vous pouvez par exemple partir entre amis ou même en famille pour compter les girafes au Kenya, nourrir et surveiller les chimpanzés ou encore étudier les oiseaux et les grands mammifères au Botswana. Ces missions associent souvent séjour de safari avec travail d’observation et de recensement des animaux dans une zone donnée.

Attention toutefois aux arnaques, aux visites de faux villages africains et au prix de ces séjours qui dépasse bien souvent les prix du marché… N’hésitez pas à vérifier vous-même, muni du programme proposé par l’agence ou le guide, que les établissements que vous allez fréquenter son bien écologiquement engagés.

Rayonnement positif des séjours de safari

Il n’est jamais vraiment facile de répondre clairement à la question « Un safari en Afrique est-il écolo ou non ? ». Il faut prendre en compte toutes les informations de votre voyage dans leur globalité.

Si vous prévoyez de réaliser un séjour de safari de plusieurs semaines en Afrique, avec des déplacements en transport en commun et un vrai souhait de préserver cette magnifique nature, oui, vous pouvez estimer que votre projet est responsable. Prendre l’avion est un acte impactant, qui devrait rester exceptionnel.

Si, en revanche, vous multipliez chaque année les voyages en avion, si vous souhaitez réaliser un safari marathon avec le plus de visites possibles en un temps record, pour maximiser les observations… Vous pouvez douter de votre engagement pour la planète. Cette consommation de la nature est dangereuse pour l’environnement et vous risquez de rentrer déçu de votre séjour.

Sans les séjours de safari réalisés par les étrangers, les parcs nationaux et les réserves privées des pays d’Afrique ne pourraient pas subsister. Pour compenser leurs apports financiers, il faudrait que l’ensemble des gouvernements se mobilisent et comprennent que la nature à préserver n’appartient pas à un pays donné mais bien qu’elle est un patrimoine mondial à protéger.